Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 août 2017 6 05 /08 /août /2017 10:34

C'est par deux appels matinaux que j'ai été averti de la publication par le quotidien France-Antilles d'un article sur mon Ganesh d'Or 2017. Pour ceux qui ne peuvent pas acheter le journal aujourd'hui ou qui ne sont pas abonnés, bonne lecture.

Le Ganesh d'Or 2017 dans la presse de Guadeloupe

Je vous signale que le 15 août, le CGPLI fête l'Indépendance de l'Inde autour de films documentaires. Voici une copie de l'invitation.

Le Ganesh d'Or 2017 dans la presse de Guadeloupe

A bientôt, je dois encore finir mes valises...

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Août 2017
commenter cet article
3 août 2017 4 03 /08 /août /2017 12:29

Hier soir s’est déroulée au centre commercial de Colin à Petit-Bourg, l’inauguration du premier magasin FNAC en présence du président général du groupe SAFO, M. François Huyghues Despointes (en cravate rose), d’une représentante du groupe FNAC national (au micro) et de M. Damien De Jaham, responsable de la FNAC Antilles-Guyane.

Inauguration du premier magasin FNAC aux Antilles-Guyane

Nous avons pu découvrir en exclusivité le nouveau magasin de 300m2 accompagné, d’une animation musicale en direct. Bon j’ai cherché un peu et grâce à une gentille hôtesse, j’ai trouvé mon dernier livre en vente (pour ceux qui ne l’ont pas encore…). Dès ce matin 9h, le magasin est ouvert au public.

Inauguration du premier magasin FNAC aux Antilles-Guyane

L’espace livre est conséquent. Et une place particulière a été réservée aux romans et essais antillais. Cependant, sur un espace tout de même plus réduit que ma FNAC de Paris-rue de Rennes, il est difficile de refléter l’ensemble de l’offre éditoriale de notre petite Guadeloupe qui compte plusieurs éditeurs, j’ai d’ailleurs discuté avec Thierry Petit-Le Brun (PLB éditions) qui était également présent hier soir et sa compagne également éditrice. Il y a aussi beaucoup d’auteurs autoédités ou édités par des petites structures moins connues mais présentant un réel dynamisme et des questionnements différents.

Pour répondre à la question que se pose les adhérents FNAC, non les cartes d’abonnement nationales ne sont pas valables dans le réseau Antilles-Guyane qui proposera à terme un autre programme de fidélisation.

L’ouverture d’une nouvelle librairie est toujours une bonne nouvelle alors bon vent à la nouvelle équipe. Et à ces nouveaux clients je souhaite de belles découvertes.

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Août 2017
commenter cet article
2 août 2017 3 02 /08 /août /2017 14:32

Dans les prochains jours, Marie De Lavigne-Aubéry et moi, historiennes membres de l'association Trésors du Patrimoine, nous mettrons en route pour Halifax afin de présenter notre travail de recherche. Si vous êtes dans la zone je vous joins un lien vers le programme officiel.

Nous présenterons toutes les deux nos conférences en français le samedi 12 août:

Myriam Alamkan, les approvisionnements morutiers de la Guadeloupe durant la Seconde Guerre Mondiale.

Marie de Lavigne-Aubéry: Haliax 1940: transit for the European Gold (oui, oui malgré le titre la conférence est bien en français.)

La conférence aura lieu au musée naval d'Halifax.

En attendant plus de détails sur nos liens avec Halifax durant la Seconde Guerre Mondiale, vous pouvez lire "Vous irez porter le fer et la flamme" pour découvrir que beaucoup de corsaires ayant des lettres de marque de la Guadeloupe ont été emprisonné à Halifax durant les guerres de la Révolution Française et du Premier Empire.

 

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Août 2017
24 juillet 2017 1 24 /07 /juillet /2017 23:07

Dernièrement, j'ai beaucoup travaillé à ma prochaine conférence internationale. J'ai enfin fini de l'écrire et je me considère en vacances même si il me faut travailler mon diaporama. Mais demain je fais une pause à 15h à Guadeloupe Première radio. Je vais parler de mon Ganesh d'Or!

Alors c'est quoi le Ganesh d'Or? C'est une récompense attribuée chaque année par le Comité Guadeloupéen Pour les Langues Indiennes (CGPLI). Et j'ai eu l'honneur de le recevoir cette année. Et en mon absence, c'est ma maman qui m'a servi de doublure lumière :-)

 

A Guadeloupe Première mardi 25 juillet 2017

Texte du communiquer de presse du CGPLI

Myriam Alamkan : Prix Ganesh d’Or 2017
(Soirée du 15e Anniversaire du CGPLI : « Guadustani »)

Le Prix Ganesh d’Or 2017 a été décerné à l’historienne maritime Myriam Alamkan au cours de la soirée du quinzième anniversaire du CGPLI (le Conseil Guadeloupéen Pour les Langues Indiennes).

Madame Alamkan a écrit de nombreux ouvrages et présenté des conférences internationales en relation avec l’histoire maritime de la caraïbe et l’immigration indienne. Le prix a été reçu par sa mère, la récipiendaire étant hors du département actuellement.

La cérémonie a eu lieu au cours du spectacle d’anniversaire « GUADUSTANI », qui accueillait en invité spéciale les Ballets Omshanti ; troupe formée de danseuses originaires de Guadeloupéenne pour la plupart. Un répertoire riche, poétique et artistique a été proposé : poésie en hindi, chants en tamouls, musique, et danses (traditionnelle indo-guadeloupéenne, classique indienne, bollywood... Et, bien entendu, le thème récurrent de la soirée était … la mer !

Pour m'écouter en direct, je vous indique le lien à suivre, c'est à 15h (heure locale, Guadeloupe).

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Juillet 2017
commenter cet article
14 juillet 2017 5 14 /07 /juillet /2017 01:11

Coucou, je suis de retour chez moi en Guadeloupe après un séjour Outre-Mer (lol) et je suis toujours mieux ici que là-bas. J’interromps un peu ma routine de travail pour écrire ce billet pour mon blog.

Donc nous sommes à Fort-de-France pour la Fête Nationale. Et à l’époque ce sont près de trois jours de festivités qui sont organisés. Dès le 13 juillet, la Savane sera au cœur des manifestations mais nous allons nous intéresser de plus près au programme du 14. Car dès 8h30 après la revue des troupes, la baie des Flamands sera le centre de l’attraction.

Programme de la Fête Nationale du 14 juillet 1907, Fort-de-France (Martinique)
Programme de la Fête Nationale du 14 juillet 1907, Fort-de-France (Martinique)

1e Course de gabarre. - 1er prix 50 f, 2eme prix 40 f.

2e Course de plates.- 1er prix 20 f, 2eme prix 15 f

Programme de la Fête Nationale du 14 juillet 1907, Fort-de-France (Martinique)

3e Course de périssoires.- 1er prix 5fr, 2eme prix 3 fr

4e Course de baleinières à avirons.- Prix unique 60 fr.

5e Course de pirogues à trois avirons.- Prix unique 40 fr."

Je n’ai pas trouvé d’illustrations mais avec votre aide nous pourrions identifier les périssoires (canot long mue par une pagaie double), les baleinières et les pirogues à trois avirons sur d’anciennes photographies ou des cartes postales. Le programme se poursuit pour le 15 juillet et des régates opposant cette fois des pirogues à 4 avirons (prix unique 50 fr), des pirogues à voile (1er prix 30 fr, 2eme prix 20 fr) et enfin des embarcations à quille à la voile. (1er prix 30 fr, 2eme prix 20 fr).

Maintenant vous savez que les bâtiments traditionnels de la Martinique ne se limitent pas à la yole ronde et aux gommiers.

Bonne chasse aux illustrations.

Pour consulter le programme complet suivez le lien ci-dessous:

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Juillet 2017
12 juin 2017 1 12 /06 /juin /2017 21:42

Bonjour, notre association, Trésors du Patrimoine, est partenaire du Conseil Guadeloupéen pour les Langues Indiennes qui nous a envoyé cette aimable invitation. Et en plus c'est entièrement gratuit! 

Soirée Culturelle du CGPLI 23 juin 2017, Le Moule (Guadeloupe)
Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Juin 2017
commenter cet article
8 juin 2017 4 08 /06 /juin /2017 13:38

Aujourd'hui c'est la journée mondiale des océans. Je décide donc de faire une petite pause dans mon marathon de rédaction qui m'occupe depuis près d'un mois. La journée mondiale cette année a pour thème "Nos océans, notre avenir".

Et pour préparer l'avenir, rien de mieux que de savoir ce qui c'est passé. C'est une des raisons a a conduit l'association Océanides a réalisé une grande synthèse sur l'histoire maritime qu'elle a présenté au Sénat, sous le patronage de Mme la sénatrice-maire de Saint-Pierre, Mme Karine Claireaux, le 30 mars 2017

Mme la sénatrice-maire de Saint-Pierre, Karine Claireaux

Mme la sénatrice-maire de Saint-Pierre, Karine Claireaux

"La Mer dans l'histoire, une vision d'avenir?" Cet important travail a regroupé 260 chercheurs de 40 pays différents pour "évaluer l'impact du fait maritime dans l'Histoire de l'humanité, de la préhistoire jusqu'à aujourd'hui".

La zone économique exclusive de la France est la deuxième au monde par sa superficie 10,2 millions de kmdont 97% est située en outre mer. Si la mairie de Saint-Pierre de l'archipel de Saint-Pierre et Miquelon  a décidé de soutenir le projet Océanides, je ne sais pas l'implication des autres collectivités d'outre-mer dans le projet.

J'ai assisté à la présentation des quatre ouvrages, je n'y ai pas participé. Donc j'ai fait ce que fait tout bon lecteur, je file pour lire la table des matières pour voir si des articles concernent spécifiquement les Outre-Mer. Rapidement, donc des choses ont pu m'échappé, d'autan que je ne pas encore lu l'ensemble des articles.

Je n'ai remarqué qu'une unique contribution de Benoît Bréard de feue l'Université des Antilles et de la Guyane sur "une approche maritime et archipélique de l'occupation amérindienne des Antilles." Alors que l'outre-mer français dispose d'une université à La Réunion, en Polynésie française et même en Nouvelle Calédonie. Bien sur il y a des communications sur la traite négrière,sur le sucre ou sur la Caraïbe Maya mais il y aurai eu plus de contributions si nous nous décidions à étudier notre espace maritime dans tous ses aspects et à faire connaître nos travaux.

Car au delà des ouvrages se dessine déjà de grandes orientations politiques via la politique de l'Union Européenne et sa directive du 23 juillet 2014 établissant un cadre pour la planification de l'espace maritime qui a été transcrit en droit français le 3 mai 2017. Si les représentants de 97% ne prennent pas la parole, nous risquons de subir des politiques éloignées de nos réalités locales.

Un aspect du discours de Christian Buchet, directeur scientifique d'Océanides m'a particulièrement interrogé: celui de l'ouverture des routes maritimes polaires à cause du réchauffement climatique. Au delà de son discours je pense que si les routes polaires s'ouvrent de façon durable au commerce maritime, c'est une grande partie du commerce qui sera réorientée et en bout de course il y aura des conséquences sur la zone centre américaine et sur le commerce via le Canal de Panama. Et pour la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane une possibilité de diminution du trafic portuaire et un rencherrissement du fret maritime. Voilà comment l'histoire maritime participe aux politiques de demain. 

A la table, en blanc, Mme Anne-Marie Idrac, présidente d'Océanides, au pupitre Christian Buchet

A la table, en blanc, Mme Anne-Marie Idrac, présidente d'Océanides, au pupitre Christian Buchet

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Juin 2017
commenter cet article
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 14:06
Quand le Fort Napoléon était convertis en prison administrative durant la Seconde Guerre Mondiale

Le gouverneur de la Guadeloupe Constant Sorin promulgue le 13 septembre 1940 l’arrêté faisant du Fort Napoléon à Terre de Haut (Guadeloupe) une prison pour les « les individus dangereux pour la défense nationale ou la sécurité publique ».

Parmi les internés administratifs du Fort Napoléon, les deux plus célèbres seront Rosan Girard, futur fondateur du parti communiste et Paul Valentino, conseiller général socialiste qui a refusé l’armistice de 1940 et a tenté de convaincre Constant Sorin de faire de même. Mais surtout Paul Valentino souhaitait l’application de la loi Tréveneuc du 15 février 1872. Le pouvoir exécutif de la colonie aurait été transféré au Conseil Général. Mais ces deux internements sont politiques. Or l’administration de Vichy a d’autres ennemis intérieurs bien moins connus. Tous formeront le groupe de résistance connu sous le nom de dissidence.

Quand le Fort Napoléon était convertis en prison administrative durant la Seconde Guerre Mondiale

Le 10 novembre 1941, le gouverneur Sorin prend une décision d’internement administratif pour quatre guadeloupéens coupables « de tentatives de départ à l’étranger ». Ceci est le motif légal, il faut pour mieux comprendre ce qu’est la dissidence extérieure. Eliane Sempaire la définit comme étant : « le phénomène le plus caractéristique d’opposition à la politique des représentants de Vichy en Guadeloupe, est sans conteste la dissidence qui pris dans son sens étroit signifie : départ vers une île anglaise pour s’enrôler dans les Forces Françaises Combattantes. La dissidence symbolise la désobéissance, mais surtout une initiative volontaire et déterminée de partir à la recherche d’un autre idéal. » 

Au départ de la Guadeloupe, il n’y a pas d’autre moyen, à l’époque, il faut prendre un bateau pour rejoindre une île britannique. La Dominique, Antigue ou Monserrat sont depuis toujours à porter de canot. Cela ne signifie pas que tous les dissidents soient des marins ou des marins-pêcheurs ou des marins de plaisance. Le gouverneur Sorin, l’a bien compris et ordonne également l’internement administratif de ceux qui se sont « rendus coupable d’avoir facilité les départs vers l’étranger. » Dans l’article 1 de l’arrêté on peut lire que « Sont internés administrativement au Fort Napoléon des Saintes, jusqu’à cessation légale des hostilités. » et l’article 2 donne des détails sur le nom, l’âge et la profession de chaque individu mais aussi le nom de leur père et mère et leur adresse afin que l’humiliation soit totale et que l’infamie touche l’ensemble de la famille.

Nous trouvons dans cette petite liste de quatre personnes : Firmin Daudry, marin-pêcheur ; Antoine Torrent, journalier ; Jacob Déride, coiffeur ; Pierre-Joseph Stanislas, profession non mentionnée. La nature de l’aide apportée aux dissidents à l’air évident pour le marin-pêcheur pour les autres s’est plus difficile de savoir en quoi ils ont concourus. Tous habitent la ville de Basse-Terre. Certains habitent juste à côté de la mer comme messieurs Déride et Torrent qui habitaient à la rue du Père Labat. Pour les autres, je n’ai pas assez de documents pour savoir où étaient la rue Gondrecourt et la rue de Mon-Repos.

Et pour ceux qui ont réellement tenté de fuir la Guadeloupe pour rejoindre les Forces Françaises Libres via les îles britanniques, nous avons des noms, les dates de naissance, le nom de leur père et mère, leur profession et leur adresse. C’est quatre Basse-Terriens sont messieurs Emmanuel Françius, boulanger ; Joseph Négo, chauffeur de taxi ; Evariste Assor, tailleur ; Gaston-Marc Houblon, forgeron.

Je n'ai pas pu consulter les dossiers administratifs qui ont conduit à leurs internements au Fort Napoléon. Peut-être que mes lecteurs aurons plus de renseignements que moi parce que je ne faisais pas de recherche spécifiques sur la dissidence mais j'ai glané ces petits documents au hasard d'une grande collecte sur les approvisionnements.

Pour ceux qui veulent compléter leurs connaissances, je vous propose de lire : Eric Jennings, "Vichy sous les tropiques". Editions Grasset, 2004 et Eliane Sempaire "La dissidence an tan Sorin", Ibis Rouge 2012.

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Mai 2017
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 01:33
Jean-Baptiste Labat dit le Père Labat missionnaire dominicain dans les Antilles entre 1693 et 1706.

Jean-Baptiste Labat dit le Père Labat missionnaire dominicain dans les Antilles entre 1693 et 1706.

Après cette pause musicale, retour à l’histoire et au témoignage du Père Labat (1724) à propos du crabe qui nous apprend qu’à son époque, le taumalin était différent de la graisse : « Les mâles, outre cette matière blanche qui est leur graisse, ont au lieu des œufs une autre matière verdâtre qu’on appelle le Taumalin. C’est la sauce avec laquelle on les mange. Pour cet effet on enlève l’écaille du dos, en la séparant de celle du ventre où les pieds et les mordants sont attachés : on amasse dans une écuelle tout le taumalin des mâles avec la graisse, on y mêle un peu d’eau et de jus de citron pour les délayés, et on y met du sel et du piment écrasé. Pendant que le corps des crabes cuisent dans l’eau, on fait bouillir le taumalin en le remuant bien, et quand tout est cuit, on mange la chair des crabes en la sauçant dans le taumalin comme on mange de la viande avec de la moutarde. » (Orthographe modernisé) Actuellement le toumalin semble être juste la façon moderne de prononcer un mot ancien : le taumalin.

Mais le Père Labat nous donne également des précisions sur les consommateurs : « De ces trois espèces le tourlouroux sont les plus délicats, et les crabes blancs les moins recherchés. On peut vraiment dire que ces animaux sont une manne pour le pays. Les Caraïbes ne vivent presque d’autres choses. Les Nègres s’en nourrissent au lieu de la viande salée, que leur maîtres négligent souvent de leur donner, ou parce qu’elle est rare, ou parce qu’elle est chère. Les blancs ne les négligent pas, et l’on voit par les différentes manières de les accommoder, que je viens que je viens de rapporter qu’on en sert sur toutes les tables. » (Orthographe modernisée). De nos jours les crabes sont consommés, très largement. J’ai lu aujourd’hui que le Parc National de la Guadeloupe se penche sur la pérennisation de la ressource. En Martinique la chasse est réglementée depuis 2011

Il faudra protéger nos ressources pour continuer à faire du crabe de terre un met de choix pour les célébrations de Pâques et de Pentecôte. Revenons au matété à crabes. A bien lire le texte du Père Labat, on voit qu’au 18ème siècle, ils étaient cuits simplement sur du charbon ou dans de l’eau salé. Un autre type de préparation bien plus élaboré est également évoqué : « Une autre manière d’accommoder  les tourlouroux et les crabes, est qu’après qu’ils soient cuits dans l’eau et le sel, de les ouvrir, en tirer toute la chair, les œufs, la graisse et le taumalin, et de leur donner un tour de poêle dans du beurre roux, avec de l’oignon haché bien menu et du persil, après quoi on les mets dans une casserole avec un bouquet de fines herbes, du poivre, des écorces d’oranges et des jaunes d’œufs délayés dans le jus d’orange et de citrons, et quand on est prêt de les servir, on y rappe un peu de muscade, c’est un très bon manger. » (Orthographe modernisée).

A quel moment précis a-t-on préféré faire cuire le crabe entier et le présenter ainsi dans de nombreux plats ? Car outre le matété à crabes, il y a aussi le calalou-crabes, le colombo de crabes, le dombrés et crabes. De nombreuses recettes qui seront servis à la maison comme en bord de mer ou de rivières, là où Guadeloupéens ou Martiniquais pique-niquent en famille ou entre amis pour célébrer Pâques et Pentecôte. Et pour apprendre encore plus sur la variété de plats fabriqués  à partir de crabes, vous pouvez vous rendre à la 25ème édition de la Fête du crabe de Morne-à-L’-Eau  (Guadeloupe). Voici une recette de matété à crabes empruntée  à Joël Kichenin et publiée dans le supplément de France-Antilles Guadeloupe.

Merci à Joël Kichenin et à France-Antilles Guadeloupe.

Merci à Joël Kichenin et à France-Antilles Guadeloupe.

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Avril 2017
commenter cet article
29 mars 2017 3 29 /03 /mars /2017 17:45

Je suis contente d’avoir pu rencontrer quelques lecteurs et beaucoup de passionnés au Salon du Livre de Paris. J’y ai même vu une copine historienne que j'ai rencontré pour la première fois dans le même salon, il y a des années : Sabine Andrivon-Milton (à gauche sur la photo), Martiniquaise, spécialiste de l’histoire militaire et également éditeur. Cette année elle exposait sur le stand commun du Ministre de l’Outre-Mer. Elle a dû faire un voyage éclair pour rejoindre la Martinique où dès mardi 28 avril, elle assurait ses cours !

Souvenirs du Salon du Livre de Paris 2017

Notre photographe d’un jour n’était autre qu’Alex J. Uri, journaliste mais aussi auteur qui m’a par ailleurs dédicacer un ouvrage "Alexander et Teresa", paru aux éditions Nestor en 2013. Il m’a lancé un grand défi : lire son roman. Défi parce que moi, il faut qu’un livre  parle de bateaux ou de meurtres horribles pour m’intéresser…et là c’est une histoire d’amour !

Souvenirs du Salon du Livre de Paris 2017

Donc vu que la Guyane fait l’actualité voici : "Le Territoire de l’Inini 1930-1969", édition Ibis Rouge 2016. C’était une colonie « d’administration directe créée en 1930, maintenue en dérogation au  principe d’assimilation et normalisée en 1969. » Pour ceux qui ne le savent pas la Guyane est officiellement département  d’Outre-Mer depuis 1946, cependant le département va coexister  avec le Territoire de Inini du nom d’une rivière qui en 1901 a été le lieu du « dernier rush aurifère de Guyane. »

Vous connaissez déjà mes liens avec Saint-Pierre et Miquelon, voici : « Deux siècles d’histoire à saint-Pierre et Miquelon, 1816-2016, Bicentenaire de la rétrocession de l’archipel à la France » paru en 2016. Je l’ai offert à ma sœur à qui je parle souvent de ma découverte de l’archipel et de la morue qui fait un trait d’union de part et d’autre de l’Atlantique.

Souvenirs du Salon du Livre de Paris 2017

Quittons un temps l’océan Atlantique pour l’immense Pacifique avec deux livres. « La grande pirogue sans balancier »  ‘Ura-Editions Tahiti, 2016, est une traduction annoté par Luc Duflos du journal de maître de manœuvre du Dolphin George Robertson. En 1767, le capitaine anglais Wallis allait être le premier Européen à Tahiti. Le second « Tupaia le pilote polynésien du capitaine Cook » est consacré à Tupaia, Tahitien, diplomate et navigateur qui a été emmené en Angleterre par le capitaine Cook.  Je n’ai rien acheté venant de Nouvelle-Calédonie ou de l’Océan Indien cette année, j’avais fait le plein il y a deux ans

Souvenirs du Salon du Livre de Paris 2017

Et on va compléter nos voyages avec Eliane Sempaire « La dissidence an tan Sorin » Editions Jasor que j’ai prêté il y a des années et qui n’a jamais retrouver sa place dans ma bibliothèque et  de « Basse-Terre, patrimoine d’une ville antillaise » Editions Jasor qui finira comme cadeau à une amie qui le cherchait depuis longtemps.

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Mars 2017
commenter cet article