Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 septembre 2017 3 06 /09 /septembre /2017 16:03
Le cyclone de 1928 qui a beaucoup marqué la Guadeloupe bien avant Hugo en 1989

Le cyclone de 1928 qui a beaucoup marqué la Guadeloupe bien avant Hugo en 1989

En Guadeloupe, nous avons été largement épargné par le plus fort de l’ouragan (mot d’origine  Taïno, hurakán) Irma, mais à l’heure où j’écris ne n’ai pas encore de nouvelles de ma famille à Saint-Martin et d’amis à Saint-Barthélemy. J’ai passé le cyclone à l’abri, chez moi qui est éloigné du bord de mer. Ma pâte à bokit est prête, comme beaucoup aujourd’hui ce sera notre pain en attendant la réouverture des commerces. Mais c’est aussi mon repas préféré en cas de mauvais temps : bokit, salade de concombre et chiktaille de morue ! (au moins je vous ai fait sourire un peu !)

Dans les premiers jours de la colonisation européenne, il n’y avait pas à proprement parler de consignes météo. Au fur et à mesure de l’avancée de la connaissance relative aux  cyclones tropicaux nous avons vu apparaître deux types de réponses : la mise en place des congés d’hivernage pour les bateaux et pour tenter de protéger la population à terre,  l’édification de cases à ouragan.

Ainsi le journal officiel de la Martinique du 6 juillet 1906 écrit ceci :  

« Ordre relatif aux précautions à prendre en vue de l’hivernage.

Le gouverneur de la Martinique, rappelle aux navigateurs que la saison d’hivernage commence habituellement au mois de juillet et fini au mois d’octobre et que le mouillage sur les rades ouvertes de cette colonie n’offre aucune  sécurité durant cette saison.

Il invite, en conséquence, les capitaines des bâtiments français et étrangers à prendre les précautions que réclame la sécurité de leurs équipages et leurs navires.

Les navires de commerce, qui auront à passer longtemps sur les rades ouvertes pour y attendre un chargement, feraient bien de venir mouiller, soit aux Trois-Ilets soit au Carénage de Fort de France.

Le présent ordre sera affiché dans les bureaux du port et de l’inscription maritime. »

Les congés d’hivernage correspondent à la saison cyclonique mais avec le développement de la météo, les congés d’hivernage vont disparaitre. Les prévisions météo sont suffisamment développées pour autoriser les  bateaux  à venir durant la période cyclonique et les prévenir en amont des phénomènes dangereux.

Pour les cases à ouragan, qui furent une réponse à la brutalité des phénomènes cycloniques, je vous laisse lire une description assez moderne parce que j’ai mis mes archives personnelles en sécurité.

Elle est extraite de la Gazette de la Guadeloupe du 25 octobre 1854 et concerne la case à ouragan de l’habitation l’Ilet, dans la ville de Basse-Terre (à côté de Desmarais) :

« Une case à ouragan à côté et à l’est de la maison principale, entourée de murs, l’intérieur en bois tendre-à-caillou, les poteaux et les grandes fourches en bois incorruptible, la charpente en bois du nord, couverte en aissantes (sic) du nord ; le tout en bon état ». Le corps du bâtiment principal était lui en maçonnerie.

De tout temps les populations ont tenté de se protéger des cyclones, mais nous ne pouvons pas évacuer pour aller bien loin comme cela est possible sur les continents. En cas d’ouragan, il peut y avoir des dégâts dus au vent, mais aussi à la pluie et aux variations de pressions. Pour le moment, les îles les plus impactées par l’ouragan Irma de classe 5 sont situées au nord des Petites Antilles  pour tous : Fos (Force) et Courage.

Partager cet article

Repost 0
Published by Myriam Alamkan - dans Septembre 2017
commenter cet article

commentaires