Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le blog de Myriam Alamkan

Histoire maritime et patrimoine de la Caraïbe.

Le madras: l'épopée d'une étoffe

Le madras est très souvent associé à la tenue traditionnelle des Antilles françaises et de la Guyane. Un des plus anciennes chansons créole le fait rimer avec les foulards et les colliers choux.


P1000527.JPG

« Adieu foulard, adieu madras… » est généralement attribuée au Marquis de Bouillé, ancien gouverneur de la Guadeloupe à la fin du 18ème siècle…Mais l’imaginaire populaire lit durablement tissu madras et immigration indienne de la fin du 19ème siècle !

Un raccourci historique qui occulte en fait une très jolie histoire. Le madras tissé en Inde était un tissu à chaine de soie et à trame de coton (voire Grand Larousse Encyclopédique). Il est différent des

madras actuellement connus en Amérique qui

s’en sont inspirés.

 

(Photo@Myriam Alamkan, au premier plan: les Aînés du Lamentin. En arrière plan M. J Gillot, président du Conseil Général de Guadeloupe, M. J Toribio, Maire du Lamentin) Remarquez les coiffes traditionnelles en madras.


En 1802, Moreau de Jonnès notait :  « Je dirais seulement qu’on avait fait de nombreux envois de bonnets de femmes, ignorant qu’on en avait jamais fait usage aux Antilles, où les dames ne se servent que de chapeaux de paille, et les femmes de couleur de mouchoirs bariolés des Indes dont elles font coiffure des plus coquette (page 172,  tome 2. Alexandre Moreau de Jonnès. Aventures de guerre au temps de la République et du Consulat. Pagnerre, 1858.)

BRUNIASA020310.jpgL’expression « mouchoirs bariolés des Indes » ne doit pas faire croire que les cotonnades portées aux Antilles provenaient effectivement d’Inde.

 

(Brunias A. The Negroes dancing inthe island of Dominica circa 1780) Remarquez les tissus à carreaux.

 


En réalité, les Européens vont faire tisser et teindre le coton chez eux. Bien loin de l’Inde, le tissu madras est produit dans la campagne française autour de la ville de Rouen en Normandie. C’est à cette ville que l’on associe généralement les indiennes qui désignent des étoffes de coton peintes ou imprimées vendue en France dès le XVIIIème siècle bien que la production ne s’est pas limité à cette ville.

Un auteur rapporte que la ville des Sainte-Marie aux Mines (Haut-Rhin) se distinguait pour la fabrication de ses « madras et guingamps » (page 724, tome 1er.  Dictionnaire du commerce et des marchandises, sous la direction de M. Guillaumin, Guillaumin éditeur 1841). Aux Antilles et en Guyanes, le tissu Guingamp n’a pas laissé de souvenir mais c’est, tout comme le madras, un tissu à carreaux ou à rayures cependant son coton est plus fin et lustré.

 

Qu'est ce que le madras?: 

« Madras (étoffe). On nomme madras une étoffe légère portant une demie aune, deux-tiers et jusqu’à trois quart d’aune, et servant le plus ordinairement aux femmes pour fichu de tête ou petit mouchoir du cou. Les plus beaux madras remplacent aussi quelques fois  les foulards pour hommes, dont ils imitent assez l’éclat et le brillant. Les madras sont des tissus de coton, uni, ras, imprimé ordinairement à carreaux ; le tissage en est fait à la mécanique. Le nom de madras vient que les premiers nous sont parvenus de Madras, villes des Indes, situé sur la Madras-vers-1861.jpgCôte de Coromandel, et où se faisait un grand commerce de ces sortes d’étoffes. C’était jadis sous le nom de madras que s’exportait tous les produits de Masulipatnam, Pondichéry, Karikal et autres villes voisines.

 

(Photo: Madras vers 1861)

 

Aujourd’hui, ces étoffe se fabrique en abondance en France, mais plus particulièrement à Rouen ; on en tire aussi beaucoup de l’Alsace. De tous les madras de France, les meilleurs sont ceux de Rouen. Ce fut M. Talon qui apporta dans cette ville l’invention de cette étoffe, et il dut à la fabrique qu’il y établit une rapide et brillante fortune. Il est vrai alors que les madras à cause de leur rareté se vendaient très cher, et que M. Talon n’avait pas à lutter contre la concurrence. Maintenant, les madras sont très communs. Il en est bien peu qui nous arrive directement des Indes. On vend des madras depuis 20 et 25 sous jusqu’à 3 et 4 francs ; ceux de 20 et 25 sous se déteignent et sont d’une bien faible qualité. Les madras font parties des diverses toiles de coton peintes et imprimées ; mais dans le madras, le trait seul est imprimé, et tout l’intérieur est fait au pinceau. Plusieurs de nos fabriques sont presque parvenues à  la ténacité des couleurs de l’Orient, ce qui dépend principalement des préparations que reçoit le tissu et de la nature des mordants qui y sont appliqués. A Paris, il se fait grand débit de madras chez les marchands de rouenneries, de nouveautés, et même dans les boutiques dites de mercières. Parmi les gens de la campagne, l’humble madras, c’est le cachemyr superbe de la ville. C’est à tort que l’on donne souvent le nom de madras au gros de Naples à carreaux, dit gros de Naples écossais ; il n’y a rien de commun entre ces étoffes que leur ressemblance extérieure, car tandis que les madras sont en coton, le gros de Naples est un tissu de soie dont la chaîne et la trame sont beaucoup plus forte. E. Pascallet. » (Page 199-200, Dictionnaire de la conversation et de la lecture, tome XXXVI. Belin-Mandar, 1833)


(Photo: coiffure de la Martinique, l'Illustration daté du 17 mai1902)

LIL0902222.jpg

 

 

Nous sommes près de 20 ans avant l’arrivée de l’Aurélie aux Antilles avec ses premiers immigrés indiens…Le madras tissu né en Inde a été copié et reproduit en Normandie et en Alsace est devenu un élément de la tradition antillo-guyanaise. Dans mon placard, j’ai mon carré de madras comme beaucoup de femmes de ma région, il a fait un long voyage d’Inde à l’Europe et de l’Europe aux Antilles où il est désormais un des symboles de l’identité antillaise.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
This is for the first time that I am encountering on the topic that is related to the traditional dress of the French Antilles and Guyana. This is called the madras in their terms. I was really confused hearing the name at first.
Répondre